Contenu

Le SNPTES rencontre Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

À l’occasion de sa prise de fonction récente, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (ESRI), ancienne présidente de l’université de Nice Sophia Antipolis, a tenu à rencontrer le SNPTES le mercredi 31 mai 2017.

PDF - 663.6 ko
Le SNPTES rencontre Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
Version téléchargeable et imprimable

Cela nous a donné l’occasion d’évoquer la volonté du SNPTES d’avoir un véritable plan de programmation budgétaire sur ce quinquennat. Sans faire de promesses, la ministre s’est engagée à respecter au minimum la volonté du président de la république de pérenniser et sanctuariser le budget de l’ESRI, voire d’aller plus loin pour tenir compte de l’élargissement du périmètre d’activité de ce ministère. La situation critique de certains établissements universitaires a également été évoquée, la ministre nous répondant qu’elle avait bien conscience, en tant qu’ancienne présidente, de la difficulté de certaines universités, à tenir dans leur budget les demandes faites par la tutelle. Le SNPTES a ensuite abordé les problématiques des dossiers en cours, PPCR, RIFSEEP, fonctionnarisation des PO des CROUS.

Le SNPTES a profité de cette rencontre pour dénoncer à nouveau au ministère des faits de harcèlement moral et de harcèlement sexuel qui se sont déroulés dans une grande unité de recherche. Il n’est pas admissible, pour le SNPTES, que de tels comportements puissent exister mais encore moins, une fois dénoncés, qu’ils puissent perdurer.

Le SNPTES prend acte de la volonté de dialogue montrée par la ministre pour ce premier contact et rappelle qu’elle trouvera en face un partenaire social ayant cette même volonté. Il n’en reste pas moins que le SNPTES ne se contentera pas de paroles, mais qu’il jugera aux actes ce ministère. La préparation du budget 2018 donnera l’occasion de voir la volonté gouvernementale de faire de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation un élément moteur de leur politique générale.


Laurent Diez,
secrétaire général