Contenu

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche : quelles mesures de revalorisation des salaires des chercheurs et enseignants-chercheurs ?

Suite aux annonces du président de la République concernant l’investissement de 25 milliards d’euros sur 10 ans dans la recherche publique, le SNPTES a pu échanger avec la ministre Frédérique Vidal, son cabinet et la direction générale des ressources humaines de l’enseignement supérieur et de la recherche (DGRH) sur les mesures portant sur la revalorisation des salaires des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Lors de cet entretien, la ministre a rappelé la faiblesse de la rémunération des chercheurs et enseignants-chercheurs, citant par exemple le salaire d’entrée indigne des jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs (1,4 fois le SMIC), ou les progressions des primes quasi inexistantes : 1€ par an sur les 17 dernières années. Le SNPTES avait, à maintes reprises, dénoncé ces faiblesses de rémunérations, accentuées par ailleurs par le gel du point d’indice faisant perdre près de 8% de pouvoir d’achat rien que sur les 8 dernières années.

PDF - 364.3 ko
Loi de programmation pluriannuelle de la recherche : quelles mesures de revalorisation des salaires des chercheurs et enseignants-chercheurs ?
Version téléchargeable et imprimable

Par conséquent, dans le cadre de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), la ministre a annoncé des moyens alloués à la revalorisation des chercheurs et enseignants chercheurs qui se concrétiseraient par une augmentation du régime indemnitaire de 1100 €/an dès 2021 pour les maîtres de conférences (MCf) et les chargés de recherche (CR), pour atteindre en 2027, 6000 € en moyenne pour les MCf et entre 6000 € et 7500 € pour les CR. Concernant les Directeurs de Recherche (DR) et les Professeurs (Pr), une moyenne comprise entre +7000 € et +8000 € par an est annoncée pour 2027. Par ailleurs, les jeunes chercheurs ne pourront être recrutés à moins de 2 fois le SMIC. Ces mesures doivent être encore travaillées et les discussions ont lieu avec le SNPTES afin de définir, entre autres, leur montée en charge et leur mise en œuvre. Le SNPTES sera particulièrement vigilant à toutes tentatives d’individualisation de ces nouvelles primes. Le régime de prime actuel de ces catégories de personnels est déjà extrêmement individualisé et il n’est pas question pour le SNPTES d’aggraver cet état de fait mais au contraire d’y remédier.

Le SNPTES se satisfait d’avoir été entendu sur l’urgence de la revalorisation du régime indemnitaire des enseignants-chercheurs et des chercheurs mais accueille avec réserve les montants annoncés. En effet, la revendication principale du SNPTES reste l’alignement du régime indemnitaire de l’ensemble des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche sur ceux les plus favorables de la fonction publique. Par ailleurs, le SNPTES rappelle qu’une augmentation générale des rémunérations indiciaires et des mesures catégorielles sont indispensables pour que les métiers de l’enseignement supérieur et le recherche redeviennent attractifs notamment, l’alignement de la grille indiciaire des chargés de recherche et des ingénieurs de recherche sur celle des maîtres de conférences, décontingentement de l’accès à la hors échelle B.

Voir aussi :