Contenu

Revalorisation indemnitaire des ITRF et ITA : pour le SNPTES, le compte n’y est pas !

Frédérique VIDAL, ministre de l’ESRI a présenté au SNPTES certains arbitrages en matière de revalorisation indemnitaire dans le cadre de la loi pluriannuelle de programmation de la recherche (LPPR). Selon la ministre, il s’agit avant tout de rendre plus attractifs les métiers scientifiques.

La ministre annonce que 1,8 milliard sur les 5 Md€ d’augmentation du budget de la recherche à terme (2030) seront consacrés aux mesures salariales. Ces mesures se matérialiseront très majoritairement au travers de revalorisations des régimes indemnitaires.

Sur toute la durée de la loi, plus de 80 millions d’euros seront consacrés à la revalorisation des ingénieurs et personnels techniques. Selon la direction générale des ressources humaines, dès 2021, 16 M€ seront fléchés pour les ingénieurs et personnels techniques. La ministre annonce notamment qu’en 2021 les adjoints techniques (ITRF et ITA) bénéficieront d’une revalorisation allant de 200 à 500 euros par an, selon les grades. Le SNPTES craint que cette revalorisation se substitue à la revalorisation triennale de l’indemnité de fonctions, de sujétions et d’expertise (IFSE) dont ont bénéficié les personnels de la filière administrative de l’éducation nationale dès 2019. Pour le SNPTES, il ne fait aucun doute que ces deux revalorisations doivent impérativement se cumuler.

Dans le cadre de la LPPR, en termes d’attractivité des métiers scientifiques, pour le SNPTES la première étape doit être un l’alignement par le haut sur les ITRF et ITA ayant la meilleure part indemnitaire et non un alignement sur la moyenne indemnitaire comme le propose la DGRH. Il existe en effet une grande disparité des montants perçus selon les branches d’activités, les affectations (laboratoires, services, directions, etc.) et les établissements ou organismes d’exercice. À terme, le SNPTES revendique un alignement sur les taux les plus favorables de la fonction publique d’État.

Le SNPTES aurait pu se féliciter d’une enveloppe de ce montant, mais, alors que l’on nous a martelé à chaque réunion de concertation que la LPPR et la réforme des retraites étaient deux choses différentes, la ministre déclare que la revalorisation des rémunérations atteindrait 644 M€ dès 2027, mais que le reste de l’enveloppe, soit 1,2 Md€, serait suspendu à la mise en place de la réforme des retraites. Ainsi, la loi de programmation de la recherche ne sera dotée que d’une enveloppe de 3,8 Md€.

PDF - 374.7 ko
Revalorisation indemnitaire des ITRF et ITA : Pour le SNPTES, le compte n’y est pas !
Version téléchargeable et imprimable

Le SNPTES demande au président de la République qui a annoncé cette augmentation du budget de la recherche d’intervenir afin que l’ensemble de l’enveloppe dédiée aux mesures salariales et indemnitaires (1,8 Md€) soit entièrement consommé qu’il y ait ou non mise en place de la réforme des retraites.

Le SNPTES revendique par ailleurs un certain nombre de mesures statutaires :
  • l’intégration des assistants ingénieurs dans le corps des ingénieurs d’études ;
  • la fusion des 2 premiers grades du corps des ingénieurs de recherche ;
  • l’alignement de la grille de rémunération des ingénieurs de recherche sur celle des maîtres de conférences ;
  • le décontingentement de la hors échelle B (HEB) ;
  • un repyramidage des corps et des grades, grâce à une politique ambitieuse en matière de promotion.
Voir aussi :