Contenu

Turquie, le SNPTES et la FA-ENESER, protestent contre l’emprisonnement d’un collègue enseignant-chercheur et rappellent la nécessité de voir la protection consulaire élargie aux agents qui ne disposent pas de la nationalité française ou de celle d’un État membre de l’Union européenne

PDF - 243.6 ko
Turquie, le SNPTES et la FA-ENESER, protestent contre l’emprisonnement d’un collègue enseignant-chercheur...
Version téléchargeable et imprimable

Le SNPTES et la FA-ENESER s’insurgent contre le pouvoir turc qui a, récemment, emprisonné un maître de conférences de l’Université Lyon1. Nos deux organisations, une nouvelle fois, protestent contre l’emprisonnement ou les radiations dont ont été victimes, sous différents motifs, des membres de la communauté universitaire turque.

Le SNPTES et la FA-ENESR demandent, par ce communiqué, que notre ministère de tutelle ainsi que le ministère en charge des affaires étrangères puissent apporter des solutions effectives afin que la protection consulaire [1] puisse s’exercer au bénéfice d’agents publics qui, parfois, ne disposent pas de la nationalité française ou de celle d’ un état membre de l’Union européenne comme c’est le cas pour un certain nombre de collègue enseignants-chercheurs, chercheurs ou ingénieurs ITA-ITRF qui, pourtant, sont fonctionnaires français.

[1La protection consulaire permet, au titulaire de la nationalité française, de bénéficier de l’assistance des services diplomatiques français (ou de ceux d’un état de l’Union) notamment dans l’hypothèse d’une arrestation ou d’un emprisonnement subit à l’occasion d’un séjour dans un état étranger.