SNPTES

Contenu

Télétravail calendrier d’application à l’Inserm

En pratique à l’Inserm :

PDF - 197.7 ko
Télétravail calendrier d’application à l’Inserm
Version téléchargeable et imprimable

Un groupe de travail va être constitué dès le printemps 2018 en partenariat direction des ressources humaines/organisations syndicales qui va cadrer les modalités de mise en pratique.

Un calendrier a été défini comme suit :
  • Mars 2018 : présentation de la démarche auprès des organisation syndicale et recensement des attentes.
  • Printemps 2018 : 1re réunion du groupe de travail, 2è et 3è réunions, présentation d’un point d’étape aux DR et RRH.
  • Automne 2018 : 4è, 5è, 6è réunions du groupe de travail puis information du CHSCT et consultation du CTEP.
  • Décembre 2018 : présentation de la procédure aux DR et RRH, puis communication auprès des personnels.
  • 2019 : mise en œuvre du dispositif (phase expérimentale).
Le SNPTES rappelle :
  • Que le télétravail est une modalité de travail qui doit permettre une meilleure qualité de vie et permettre de mieux concilier les temps de vie personnels et professionnels.
  • Pour le SNPTES, le choix du télétravail doit, conformément à la nouvelle réglementation, pouvoir être remis en cause facilement par l’agent qui en bénéficie.
  • Le télétravail doit aussi permettre à des collègues souffrants de certaines maladies ou handicaps de pouvoir continuer à travailler. Ces collègues doivent faire l’objet d’un suivi particulier.
  • Pour le SNPTES le refus ou le non renouvellement doit pouvoir faire l’objet d’un avis éclairé de la commission administrative paritaire.
  • Le SNPTES rappelle que les agents auront la possibilité de faire un recours en commission administrative paritaire en cas de refus d’une demande en télétravail.
  • Pour le SNPTES, le télétravail doit, dans un bon nombre de situations, permettre aux collègues séparés de leurs conjoints et enfants, de conserver un lien avec ceux-ci avant d’obtenir une mobilité.
  • Pour le SNPTES le télétravail doit être encadré afin d’éviter certaines dérives d’atteinte à la vie privée.

Pour le SNPTES, il s’agit d’éviter de créer plus de difficultés que d’avantages qu’il pourrait ressortir de cette mise en application du télétravail.